Derniers articles http://www.chateau-de-lastours.fr Derniers articles (C) 2005-2009 PHPBoost fr PHPBoost Une seconde vie pour le château http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-19+une-seconde-vie-pour-le-chateau.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-19+une-seconde-vie-pour-le-chateau.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Une seconde vie pour le château</strong></span></p><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Une ruine en pleine campagne:</span></strong><br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/5/8/6/chateau-ann-es-70-51d09be.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/5/8/6/chateau-ann-es-70-51d09be.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> La résurection du château de Lastours commence en 1956 lorsque le prètre de la paroisse de Rilhac-Lastours obtient le classement de l'édifice aux Monuments Historiques, au grand dam des maçons des alentours... Voilà d'ailleurs ci-dessus, malgré son classement, ce à quoi le château ressemblait jusqu'au tout début des années soixante-dix.<br /> <br /> Mais le vrai changement pour l'avenir surviendra enfin lorsqu'à la toute fin des années soixante, un jeune homme, se promenant aux alentours à vélo avec ses amis, tombera littéralement sous le charme du vieux château. Cet amoureux de sa belle région est <strong>Mr Jean-Michel Ménard</strong>, qui, très vite, commencera avec une poignée de jeunes passionnés à re-découvrir la forteresse et à l'animer. Puis, en 1979, il créera l'association "des Amis de Lastours", devenue "l'ASPEL-les amis de Lastours", l'Association de Sauvegarde du Patrimoine et de l'Environnement en Limousin.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Des fouilles, des déblaiements et des reconstructions:</span></strong><br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/5/4/e/img_2814-51d09cc.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/5/4/e/img_2814-51d09cc.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> "Les Amis de Lastours", durant près de trente ans, s'evertueront donc à travers plusieurs campagnes de travaux à redonner au château un peu de sa splendeur passée. Malgré les dégats causés par le temps et les hommes, les bénévoles et les stagiaires de l'association reussiront à retrouver à force de déblaiements les contours du château enfouis. Des tours seront en partie reconstruites (ci-dessus, signalée par des tirets, la partie reconstruite), la cour, magnifiquement pavée, sera re-découverte. Des campagnes de fouilles archéologiques mettront à jours de superbes céramiques médiévales et post-médiévales.<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>De nombreuse animations et des fêtes médiévales:</strong></span><br /> <br /> Le château continu donc à vivre à travers ses grandes fêtes (depuis 1996), ses jeux de pistes et ses animations vivantes. Il est redevenu un lieu plein de vie après deux siècles de sommeil forcé, et continu à accueillir des bénévoles qui l'entretiennent, des stagiaires qui l'animent et le font vivre durant les chantiers "rempart", des professionnels du spectacle qui lui redonnent les couleurs de l'Histoire et des visiteurs qui s'émerveillent.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/4/5/e/chateau-de-lastou...da61b186-51d09e0.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/4/5/e/chateau-de-lastou...da61b186-51d09e0.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> <em>Le château de Lastours est alors devenu un lieu culturel incontournable en Limousin.</em> Wed, 01 Apr 2009 12:56:01 +0200 Une carrière de pierres... http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-18+une-carriere-de-pierres.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-18+une-carriere-de-pierres.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Une carrière de pierres...</strong></span></p><br /> <br /> <br /> Les derniers des Seigneurs de Lastours, Germain et Charles de David ayant mis en vente leur domaine en 1782, le château est acheté en 1783 par le Comte des Cars, voisins et lointains parents des Lastours, dont la famille avait des vues sur ce domaine depuis plusieurs générations. <br /> <br /> La forteresse n'est déjà plus que l'ombre d'elle-même, évidence qui nous est parvenue par le biais de déscriptions et d'états des lieux effectués par des visiteurs tels que le curé de Nexon en 1747, ou l'inspecteur Brousse, de la Cour des Ventes de Limoges, envoyé en 1782. Ceux-ci, en effet, décrivent "les chevrons qui ne portent plus sur les murs", "qu'il y a plusieurs crevasses à la voute et aux murs", ou encore que "la chapelle qui est fort humide (...) menace (de s'effondrer)"...<br /> <br /> Puis arrive la Révolution de 1789 avec son lot de pillages et de destructions sur les anciens symboles de la Noblesse, et enfin, l'arrété Brival de 1793 ordonnant "la destruction des châteaux forts " qui transforme, comme de trop nombreux édifices médievaux français, le château de Lastours en carrière de pierres...<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/e/2/4/chareau-xixeme-gravure-51d078f.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/e/2/4/chareau-xixeme-gravure-51d078f.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Ci-dessus, le château de Lastours dans l'état qui était le sien aux alentours de 1800, inspiré d'une peinture du début du XIXème siècle. (collection Laucournet, Limoges)<br /> <br /> De très nombreuses pierres taillées venant du château sont visibles sur certaines bâtisses du village actuel de Lastours. En effet, nombre de celles-ci ont été ré-utilisées tantôt pour garnir un portail, tantôt pour carreler une cours de ferme, ou encore pour orner une fenêtre. Ces pierres trouvent alors une autre vie, tout en restant partie integrante d'un lieu encore habité. Wed, 01 Apr 2009 12:53:01 +0200 Un château fort limousin http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-17+un-chateau-fort-limousin.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-17+un-chateau-fort-limousin.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Un château fort limousin</strong></span></p><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Un deuxième bâtiment de défense :</span></strong><br /> <br /> <br /> Un bâtiment rectangulaire de treize mètres sur neuf à contreforts a été mis à jours par les fouilles du site. Celui-ci est "noyé" dans le corps de logis Ouest, mais son étude a démontré que son édification n'était pas contemporaine aux remaniements du tout début du XVIème siècle qui ont donné sa forme définitive au château.<br /> <br /> Comparable par sa base à un second donjon, ce bâtiment devenu une pièce du château suite à ces remaniements tardifs, possède des caractèristiques architecturales typiques de la deuxième moitié du XIVème siècle.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/e/e/a/b-timent-xiv-me-51d07e3.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/e/e/a/b-timent-xiv-me-51d07e3.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Cette bâtisse forte (ci-dessus en rouge) est pourvue d'archères cruciformes (encore visibles) et a été édifiée à l'ouest du donjon roman et de sa motte (ci-dessus en vert). Elle est placée de telle sorte qu'elle complète éfficacement la défense de la place forte. Il est supposé que, au XIVème siècle, les bâtiments "en dur" du château de Lastours se résumaient uniquement à son donjon roman et à cette bâtisse, reliés sans doute par un rempart de terre et de bois ou même de pierres qui renfermait la cour (ci-dessus en marron).<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Les remaniements des années 1500 :</span></strong><br /> <br /> <br /> Au tout début du XVIème siècle, les deux bâtiments à contreforts qui composent le château de Lastours sont "englobés" par les remaniements de la forteresse. En effet, deux corps de logis sont édifiés autours de la cour. <br /> <br /> Le logis Ouest (en vert ci-dessous) est construit comme un prolongement du bâtiment XIVème (en rouge ci-dessous).Il est délimité au nord par ce bâtiment XIVème, et au sud par une grande tour en fer à cheval conçue à l'origine pour la résidence puisqu'elle possède ses cheminées, ses grandes fenètres et ses latrines. Une petite tour également en fer à cheval vient compléter ce premier ensemble, au centre de son côté ouest.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/d/4/7/plan-de-haut-chateau-51d07ed.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/d/4/7/plan-de-haut-chateau-51d07ed.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Puis le logis Nord (en bleu ci-dessus) est édifié dans les années 1520. Il se présente sous la forme d'un grand quadrilatère de 28 mètres par 11, avec une tour qui garnit chacune de ses extrémités. Celle de gauche est une tour à base ronde et celle de droite, en forme de fer à cheval, a gardé des traces de ses latrines et d'un réduit vouté avec ses culots d'ogive sculptés.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Des murailles et des tours pour habiller la motte :</span></strong><br /> <br /> <br /> Puis, entre 1525 et 1530, viennent les travaux qui donneront au château sa forme actuelle. La façade sud et la tour sud-ouest (ci-dessus en jaune) sont baties et viennent encadrer la cour. La grande porte actuelle, dépourvue de pont levis mais avec un puissant système de fermeture, vient prendre place entre les tours sud-est et sud-ouest.<br /> <br /> Enfin, la motte du donjon est refaçonnée afin de permettre l'édification des murailles qui complèteront l'habillage défensif du château. Ces murailles prennent alors une forme triangulaire qui vient épouser les contours de la motte, la pointe de ce triangle êtant garnie par une dernière tour circulaire (ci-dessus en orange).<br /> <br /> On peut également noter que lors de différents petits travaux complémentaires entre le XVIème et le XVIIème siècle, les trois tours circulaires du château seront pourvues de canonières et de bouches à feu, pour s'adapter à l'évolution technique de l'armement défensif. <br /> <br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/7/2/5/chateau-complet-51d07f4.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/7/2/5/chateau-complet-51d07f4.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <p style="text-align:center"><em>Reconstitution hypothétique du château au XVIème siècle (par Mr Jacques Téaldi)</em></p> Wed, 01 Apr 2009 12:51:01 +0200 La famille des Lastours à travers le Moyen-age. http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-14+la-famille-des-lastours-a-travers-le-moyen-age.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-14+la-famille-des-lastours-a-travers-le-moyen-age.php <span style="text-decoration: underline;"><strong><p style="text-align:center">La famille des Lastours à travers le Moyen-age.</p></strong></span><br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>Les origines</strong></span><br /> <br /> La lignée des Lastours trouve son origine, d'après les chroniques de Geoffroy de Vigeois durant la seconde moitié du Xème siècle, avec un certain Gulferius de Lastours. Celui-ci reste l'ascendant des Lastours le plus ancien.<br /> <br /> Ce qui est en tout cas défini, c'est qu'au crépuscule du Xème siècle, les Lastours font dejà partie de la haute aristocratie limousine. Ils assoieront cette place privilégiée parmi les princes et nobles de la région en mettant en place une politique d'alliances matrimoniales avantageuses avec les familles de haut lignage durant les siècles suivant. Ces mariages de Lastours avec des membres des grandes familles sont la preuve que déjà, à cette époque, la noblesse des Lastours n'est pas récente. <br /> <br /> Durant les décénnies suivantes, le lignage des Lastours est bien ancré dans le paysage nobiliaire limousin. Ils sont clairement parmi les personnages les plus importants de la région, ce qui les oppose régulierement et violement aux vicomtes de Limoges, qui voient en eux des vassaux quelque peu envahissants. <br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>Le prestige d'une famille de la grande noblesse limousine</strong></span><br /> <br /> A partir de la fin du XIème siècle, la famille fait parler d'elle à l'occasion de faits d'armes. En effet, la présence parmi elle du héros de la première croisade Gouffier de Lastours ajoute encore à son prestige. Elle se distinguera aussi sur les champs de bataille, notamment en 1177 à Malemort, où les limousins mettront en déroute les routiers du fils du roi d'Angleterre Henri II, un certain Richard, dit "Coeur de Lion". <br /> <br /> Durant cette periode, les donations à des établissements religieux tels que abbayes ou églises seront aussi très nombreuses. La famille des Lastours aquiert donc par ce biais une forme de prestige autre que militaire, le prestige donné par une dévotion affichée ouvertement, à une époque où cela est essentiel.<br /> <br /> Les tensions avec les vicomtes de Limoges sont toujours aussi vives, ponctuées tout de même de "réconciliations", d'alliances et de traités, et ce jusqu'en 1210.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Le déclin du lignage</span></strong><br /> <br /> Durant la première moitiè du XIIIème siècle, les querelles de légitimité et d'héritage au sein de la famille auront raison de la stabilité de celle-ci. Il s'avère que le nombre important de branches issues de la ligné originelle ménera au morcellement des terres et des domaines. Celà s'explique par le fait que les représentants des branches indirects mais légitimes vont chacun revendiquer, et obtenir, leur émancipation assortie d'une donation de parcelle territoriale. <br /> <br /> Malheureusement, la pauvreté et le nombre limité de documents relatifs à cette periode ne nous permettent pas d'expliquer plus précisément ce déclin. Toujours est-t-il que les donations pieuses cessent, de même que le conflit avec les vicomtes de Limoges faute de moyens serieux d'oposition à celui-ci.<br /> <br /> Durant une grande partie du XIIIème siecle et la première moitié du XIVème, les terres des Lastours continueront à se réduire comme peau de chagrin au rythme des émancipations. <br /> <br /> En 1354, Gouffier de Lastours, cinquième du nom, sera même obligé, faute de descendant direct et légitime, de léguer les restes de la seigneurie à son neveu, le chevalier Geoffroy de Champagne. Ce neveu se verra par ailleurs contraint par les clauses du testament de son oncle à prendre le nom et les armes des "de Lastours" afin que ceux-ci ne disparaissent tout simplement pas. <br /> <br /> Durant encore près d'un siècle, la seigneurie vivra au rythme des divisions entre frères, neveux et cousins engendrés par les trop nombreux membres de la famille.<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>Deuxième moitiè du XVème siècle, le renouveau</strong></span><br /> <br /> La longue fidelité des Lastours à la Couronne de France (depuis 1263 semble-t-il) portera enfin ses fruits. En effet, les Lastours combattent sous les couleurs française durant la guerre de cent ans et le Roi leur octroit de ce fait une place de choix dans le Limousin reconquit. Un certains Jean de Lastours deviens en 1452 conseiller du roi Charles VII, preuve que les Lastours reprennent peu à peu une grande place parmi la Noblesse de la région.<br /> <br /> Suivront ensuite parmi les Lastours des chambellans à la Cour de France, Gentilhommes de l'ordre de la chambre du Roi, ou encore sénéchals et gouverneurs du Limousin.<br /> <br /> Ces distinctions et hautes charges au sein du royaume permettront aux Lastours de revenir sur le devant de la scène en tant que Barons. A partir de la deuxième moitiè du XVème siècle, ils reconstituent avec peine leur seigneurie morcelée durant les siècles précedents, reconstruisent leur château à l'aube du XVIème siècle et redeviennent la grande famille limousine de leurs débuts. Tue, 24 Mar 2009 15:34:01 +0100 Le donjon roman http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-11+le-donjon-roman.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-11+le-donjon-roman.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Le donjon roman</strong></span></p><br /> <br /> <br /> La motte "Sainte Marguerite" est abandonnée visiblement au début du XIIIème siècle. C'est sans doute à cette époque que, à deux cent mètres de celle-ci, est édifié le donjon roman. <br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/5/0/b/motte-donjon-de-haut-51d07bb.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/5/0/b/motte-donjon-de-haut-51d07bb.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Ce donjon (ci-dessus en noir) est un donjon de type emmotté, c'est à dire que ses fondations sont "noyées" dans une butte de terre artificielle déjà présente, ou édifiée spécifiquement (ci-dessus en vert).<br /> <br /> Le donjon, haut d'environ vingt mètres pour neuf de côté, est de plan carré à contreforts. Ce type de construction est typique des tours maîtresses de l'Ouest de la France. Il s'apparente par sa forme aux donjons romans limousins comme celui de Chalucet ou encore de Chateau-Chervix en Haute Vienne.<br /> <br /> Par contre, il apparaît aux vues de l'évolution architecturale des édifices de défense que ce donjon était déjà archaïque lors de sa construction durant les premières décennies du XIIIéme siècle.<br /> <br /> Les faces Sud et Ouest sont en partie ruinées. Une porte d'accès sur la face nord au niveau du premier étage est encore visible. Le donjon possède quatre étages pourvus de cheminées et de baies à sièges, ce qui atteste d'un caractère résidentiel. Une couronne de mâchicoulis, dont le dernier corbeau (pierre oblongue formant le mâchicoulis) est tombé durant l'hiver 2011, garnissait le sommet de la tour. <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Plusieurs campagnes de constructions pour un seul édifice</span>:</strong> <br /> <br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/6/8/c/coupe-donjon-51d07c3.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/6/8/c/coupe-donjon-51d07c3.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> De nombreux remaniements sont visibles au sein de cet ouvrage. Plusieurs campagnes de modifications et de reconstructions sont décelables.<br /> <br /> Le cul de basse fosse et les murs du premier niveaux (en vert ci-dessus) ainsi qu'une partie de ceux du deuxième datent de la construction du donjon, au cours de la première moitié du XIIIème siècle. Une chose est remarquable sur ces éléments d'origine. Il s'agit du fait que l'agencement des matériaux diffère d'un mur à l'autre. En effet, les murs "extérieurs", c'est à dire ceux susceptibles de devoir essuyer une attaque frontale, sont formés de blocs de granit jaune longs pour une meilleure résistance, alors que les murs "intérieurs" sont de facture moins soignée avec des pierres de moindre taille et des schistes en guise de cales.<br /> <br /> Les deux derniers niveaux (en bleu ci-dessus) datent d'une seconde campagne d'édification contemporaine avec la guerre de Cent Ans. Les cales en schiste sont abandonnées et un granit gris bien taillé, témoignant de l'évolution des techniques, fait son apparition dans les murs.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/d/6/e/5f04947e9ccaf02fe...29b8b6c9-51d07ca.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/d/6/e/5f04947e9ccaf02fe...29b8b6c9-51d07ca.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p> Fri, 20 Mar 2009 20:50:01 +0100 Les mottes défensives du site de Lastours http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-10+les-mottes-defensives-du-site-de-lastours.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-10+les-mottes-defensives-du-site-de-lastours.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Les mottes défensives du site de Lastours</strong></span></p><br /> <br /> <br /> La motte castrale est un ouvrage défensif très ancien qui proliférera en Europe occidentale du Xème siècle au XIIIème siècle selon les régions. Une motte est avant tout composée d'un rehaussement important de terre rapportée de forme circulaire, ce qui lui à donné son nom. <br /> <br /> En fait, une motte castrale n'est ni plus ni moins qu'une "dune" de terre façonné par l'homme, pour y édifier une tour de bois défensive servant de refuge surélevé. Protégée par des palissades également en bois, on peut la considérée comme l'ancêtre du château fort avec sa basse cours et ses logis en contrebas, qui matérialise l'autorité du seigneur sur ses terres et ceux qui les peuplent. <br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/1/f/2/motte-51d04f0.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/1/f/2/motte-51d04f0.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Ci-dessus, on peut distinguer la partie défensive surélevée ainsi que, en contrebas, les logements et les ateliers seigneuriaux (forge, écuries...) entourés par leurs murs de rondins.<br /> <br /> <br /> <br /> <p style="text-align:center"><strong><span style="text-decoration: underline;">Le château actuel et ses environs possèdent quatre exemples d'ouvrages défensifs médiévaux, dont trois mottes.</span></strong></p><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La motte dite "Sainte Marguerite"</span>: </strong><br /> <br /> Située à quelque deux-cent mètres au Sud-Ouest du château actuel, on la nomme ainsi car en son sommet a été edifiée en 1488 l'église de Lastours qui renfermerait des reliques de la sainte limousine. Il s'agit sans doute de l'une des mottes castrales les mieux conservées de la région. <br /> <br /> Elle possède encore ses parois abruptes d'une dizaine de mètres de haut, ainsi que les traces des fossés qui l'entouraient. On pense que cette motte, de part sa position, est l'élément de défense le plus ancien du village, ce qui ferait remonter son édification aux alentours de la deuxième moitié du Xème siècle. Par ailleurs, l'étude du parcellaire ancien révèle l'existence à la base de la motte, d'un enclos pouvant être interprété comme étant l'emplacement d'une basse-cours ou du village primitif.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/8/d/4/13496631645_27fe730aae-51d06e9.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/8/d/4/13496631645_27fe730aae-51d06e9.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Ci-dessus, on peut voir la motte Sainte Marguerite surmontée de l'église. <em>Photo: Fred Yvonne.</em><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La motte dite "à étrave" </span>:</strong><br /> <br /> Cette motte de terre est située à environ quatre-cent mètres au sud du château actuel. Elle est édifiée sur une pente douce menant au "camp romain". On l'appelle ainsi car pour des soucis de défense, une étrave de terre à été édifiée à l'amont de la butte. Cette butte est, contrairement à la motte "Sainte Marguerite", de dimensions réduites et de faible hauteur, ce qui en fait sans doute une défense secondaire. Elle possède également les restes de son fossé de défense ainsi que de sa petite basse-cours, dans son prolongement, au nord.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/f/b/c/motte-trave-51d06c1.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/f/b/c/motte-trave-51d06c1.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> La morphologie de cette motte semble situer son édification dans la première moitié du XIIIème siècle, à la même période que le donjon, ce qui pose la question de la réelle utilité de cet ouvrage, <em>motte castrale ou tours de défense avancée...</em><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La motte "du donjon"</span>:</strong><br /> <br /> Cette ouvrage est nommé ainsi car il est la base même des fondations du donjon roman. L'histoire de cette motte reste relativement floue car l'on ne sait toujours pas si il s'agit d'une butte castrale antérieure à l'édification du donjon, ou si celle-ci en est contemporaine avec un rôle de surélévation de l'édifice de pierre.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/d/9/1/motte-donjon-coupe-51d06b9.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/d/9/1/motte-donjon-coupe-51d06b9.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> La motte "du donjon" (en vert ci-dessus) est de dimensions réduites par rapport à la "Sainte Marguerite", à peine quatre mètres de haut sur quarante de large. Mais ces dimensions peuvent êtres expliquées par le fait que cette butte à été remaniée et amoindrie lors de l'édification des murailles au XVIème siècle.<br /> <br /> Cette motte est peut-être la troisième tour représentée sur le blason des Lastours, selon l'une des hypothèses de lecture héraldique des armes de la famille.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">"La terrasse"</span>:</strong><br /> <br /> Les restes de cet édifice, situés à cent-cinquante mètres à l'Est de la motte "Sainte Marguerite" et à 70 mètres au Sud du château, ne sont plus assez conséquents pour être précisément étudiés. Il s'agit d'une terrasse de la taille d'un carré de dix mètres de côté et entourée par les restes d'un fossé de défense. Cet ensemble manifestement fortifié pourrait-être assimilé à une maison forte.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/9/4/a/nouvelle-image-bitmap-51d06a7.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/9/4/a/nouvelle-image-bitmap-51d06a7.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> Malheureusement, les dimensions de cet ouvrage et son observation n'ont pu être possibles que grâce aux anciens cadastres du village (ci-dessus, "la terrasse" est encadrée de jaune sur le cadastre de 1818), car la construction de l'école communale en 1840 a presque rayé ses traces du paysage. Fri, 20 Mar 2009 20:43:01 +0100 Le chateau à travers les ages http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-9+le-chateau-a-travers-les-ages.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-9+le-chateau-a-travers-les-ages.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Lastours, une longue histoire faite de terre, de bois, et de pierre...</strong></span></p><br /> <br /> Le site de Lastours est, de part sa diversité archéologique, l'un des plus originaux lieux historiques de la région. Il est en effet placé sur une position stratégique, entre Limousin et Périgord, zone frontière et de passage à diverses époques.<br /> <br /> Des prospections de sauvetage effectuée par une association d'archéologie dans la forêt de Lastours ont permi la mise au jours de pierres travaillées et de céramiques datant du Mésolitique (entre -8000 et -7000 av J-C) et du Chalcolitique (vers -2300 à -1800 av J-C). Des tumulus (tombes érrigées entre -1000 à +700) ont également été fouillés au début du XXème siècle dans la proche forêt de St-Hilaire au sein de laquelle furent également découvertes des haches polies. <br /> <br /> On peut également voir, à proximité du châteaux, les traces de deux enceintes, l'une de forme éliptique que l'on dit celtique et dont on distingue encore très nettement les fossés, et l'autre, quadrilatèrale, donnée pour être la trace d'un camp romain. Ces vestiges antiques pourraient voir leur existence justifiée par le fait que la voie gallo-romaine Limoges/Périgueux passait par l'emplacement de l'actuel village.<br /> <br /> Voilà donc de nombreuses preuves d'une occupation plusieurs fois millenaire du site de Lastours.<br /> <br /> <br /> <br /> <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>L'histoire et l'évolution du château.</strong></span></p><br /> <br /> <br /> Comme de nombreux édifices médiévaux, le château de Lastours a évolué au fil des siècles pour aboutir à la forme qui est desormais la sienne. Son évolution architecturale et son histoire peuvent ainsi être divisées en plusieurs periodes. D'abord, du Xème siècle au XIIIème siècle, le domaine se résumait à <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=10">des mottes défensives</a>. Puis, <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=11">un donjon roman</a> fut édifié pour améliorer les defenses de la place et enfin, du XIVème siècle au XVIème, les infrastructures évoluèrent en <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=17">un château fort limousin</a>. Mais, vers la fin du XVIIIème siècle, à la suite de la Révolution, le château devint <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=18">une carrière de pierres...</a> Et, heureusement, à partir des années 1970, des passionnés, à force de travail, offrirent <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=19">une seconde vie pour le château</a>.<br /> <br /> <em>Pour en savoir plus, cliquez sur les liens marrons !</em><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Documentation complémentaire:</span></strong><br /> <br /> "<em>Lastours, un château, une histoire</em>" Par Mr Jean Michel Ménard, en vente au château.<br /> "<em>Lastours en Limousin, de l'an mil à la Renaissance</em>" Par Christian Rémy, aux éditions Lémouzy.<br /> "<em>Généalogies limousines et marchoises tome VIII</em>" Par Jean Ruchaud, aux éditions Mémodoc. Fri, 20 Mar 2009 19:28:01 +0100 Quelques Lastours à l'origine de la famille http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-6+quelques-lastours-a-l-origine-de-la-famille.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-6+quelques-lastours-a-l-origine-de-la-famille.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Quelques Lastours à l'origine de la famille<br /> </strong></span></p><br /> <br /> <br /> Voilà trois des personnages qui sont à l'origine de cette grande famille du Limousin médiéval :<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Gouffier de Lastours, premier du nom</span> </strong><br /> <br /> La lignée connue des Lastours trouve sont origine avec Gulferius de Turibus (premier du nom, à ne pas confondre avec le Chevalier au Lion de la fin du XIème siècle), cité en 957,962 et en 988,comme étant le compagnon de lutte et l'allié d'un certain Archambault affublé de charmants sobriquets tels que "le Boucher" ou encore "Jambe Pourrie", vicomte de Comborn. Le chroniqueur Geoffroy de Vigeois rapporte "que du temps d'Othon, empereur du Saint Empire Romains Germanique (de 936 à 973), Archambault de Comborn défendit avec courage l&#8217;Impératrice, accusée d'adultère, et mit en fuite tous ses accusateurs. Avec lui était Gulferius de Lastours surnommé à tort Archambault". On raconte en effet que celui-ci était si lié avec le vicomte qu'on lui avait donné son prénom.<br /> <br /> Gulferius se maria vers 97O et eut un fils du nom de Guy Le Noir, ainsi qu&#8217;un deuxième nommé Boson de Lastours, cité entre 994 et 997.<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Guy de Lastours, dit "Le Noir"</span></strong><br /> <br /> L&#8217;aîné de Gulferius, donc, Guy de Lastours, surnommé "le Noir" à cause de la couleur foncée de ses cheveux, jouissait, toujours d'après Geoffroy de Vigeois, d&#8217;un grand renom parmi les princes et les jeunes nobles du Limousin.<br /> <br /> Avec l'aide du comte du Périgord, il bâtit le bourg et le château de Pompadour, pour contrer le pouvoir du vicomte de Ségur dans cette région, et eut en son pouvoir les châteaux de Lastours et de Terasson , sans compter plusieurs églises et quelques autres territoires de la région. Il fut témoin en 994 et 997 de donations faites par Boson comte de la Marche lors de la fondation de l'abbaye de Moutier-Ahun.<br /> <br /> Il épousa vers l'an 1OOO Engalcie de Malemort, fille de Hugues, prince de Malemort et petite-nièce de St-Géraud, comte d'Aurillac.<br /> <br /> Pour se faire une idée du personnage, il livra aux flammes le château de Jarduna car le maître de ce château l'avait appelé par raillerie "le seigneur forgeron" à cause de la couleur de son teint et de ses cheveux. <br /> <br /> Lorsque un moine de Sarlat déroba les reliques de St-Pardoux et les donna à Guy et à sa femme, ils firent reconstruire le monastère d'Arnac-Pompadour et le soumirent aux abbés de St-Martial de Limoges.<br /> Le 15 juillet 1O28, ce monastère fut consacré par l'évêque de Limoges, Jourdain de Laron en présence de toute la noblesse apparentée.<br /> <br /> Peu après, Guy le Noir s'attaqua au seigneur de Hautefort auquel s'allia Aymar II, vicomte de Limoges. Soutenu ensuite par Elie, comte du Périgord et Ebles (le fils d&#8217;Archambaud, cité plus haut), vicomte de Comborn et de Ventadour, Guy enleva le château de Bré, propriété d&#8217;un vassal du comte de Limoges Aymar II. Celui-ci en profita alors pour envoyer le seigneur de Hautefort attaquer Pompadour, mais les soldats de Guy le repoussèrent,et Aymar II ,ayant vu une grande partie de ses terres ravagées, demanda la paix. Après la réconciliation Guy parut plusieurs fois à la cour de Limoges dont il aimait les fêtes.<br /> <br /> Il mourut le 1er jour des calendes d'août de l&#8217;année 1O3O et fut inhumé près de la porte méridionale du monastère de St-Pardoux<br /> <br /> Après la mort de son mari, Engalcie de Malemort devint religieuse au monastère d'Arnac. Elle fut inhumée près de la porte qui conduisait du cloître au monastère, "afin que les fidèles en entrant dans l'église recommandassent son âme à Dieu dans leurs prières".<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Gouffier de Lastours, dit "Le Grand" ou "Le Vieux", ou encore "Le Chevalier Au Lion"</span></strong><br /> <br /> Gouffier de Lastours dit "le Grand" ou "le Vieux", se croisa en 1O96 au côté du comte de Toulouse. Sa vaillance lui valut dans toute l'armée croisée d'être "l'un des plus intrépides et des plus vaillants hommes de la terre".<br /> La chanson d'Antioche rapporte ses exploits. A Nicée, la croisade se coupa en deux .Gouffier fut attaqué et le roi de France vint en renfort et battus ses assaillants.<br /> <br /> En 1O97, Gouffier défendit le fort d&#8217;Antioche à la tête de 5OO hommes.<br /> <br /> Il se couvrit ensuite de gloire au siège de Maharahel-Noumann ,en Syrie, du 2O novembre au 2 décembre 1O98.La légende veux qu&#8217;il fut le premier à monter sur les remparts à l&#8217;aide d&#8217;une échelle qui ,alors qu'il était parvenu au sommet ,cassa. Il élimina alors seul tous ses adversaires, donnant de ce fait du temps à ses compagnons pour ouvrir une brèche dans les murailles de la ville. Il fut surnommé "le Chevalier Au Lion", d'après la belle légende rapportée par Geoffroy de Vigeois.<br /> <br /> Rentré en Limousin il se comporta en chef de famille, où il assura la prééminence du lignage des Lastours avec sa femme Agnès d'Aubusson, fille de Ranulphe IV et d'Alix de Magnac.<br /> <br /> Dans l'abbaye du Chalard, il existe une pierre tombale que l'on dit être celle de Gouffier et d'Agnès d'Aubusson. Fri, 20 Mar 2009 17:31:01 +0100 Les blasons des Lastours http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-4+les-blasons-des-lastours.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-4+les-blasons-des-lastours.php <p style="text-align:center"><span style="text-decoration: underline;"><strong>Les Blasons des Lastours</strong></span></p><br /> <br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/b/4/1/3de67673b7fe30e54...0a2ee2ef-51d0a2b.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/b/4/1/3de67673b7fe30e54...0a2ee2ef-51d0a2b.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> Après la première croisade à la toute fin du XIeme siècle, les Lastours prirent comme blason de famille "de gueules à un bras armé d'or, du côté senestre de l'écu, et tenant une épée nue d'argent en pal, à la garde et la poignée d'or".Ces armes sont données pour êtres les armes personnelles de Gouffier de Lastours , "le chevalier au lion".<br /> <p style="text-align:center">____________________________</p><br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/d/2/0/b8726f-51d0a2e-5208c3c.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/d/2/0/b8726f-51d0a2e-5208c3c.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> Il est probable que leur premier blason commun (ci-dessus, avec un graphisme du XIIIème siècle) est été simplement "d&#8217;azur à trois tours d&#8217;argent", pour représenter selon certains les trois mottes castrales ayant précédé le château actuel, et selon d'autres, les trois châteaux des Lastours, à savoir Lastours, bien sûr, mais aussi ceux de Pompadour (Corrèze) et de Hautefort (Dordogne).<br /> <p style="text-align:center">____________________________</p><br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/9/a/b/5b78872fbd152f063...46633197-51d0a31.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/9/a/b/5b78872fbd152f063...46633197-51d0a31.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> Puis, pour marquer sa fidelité au Roi de France à partir des alentours de 1270, les armes de cette famille furent "d'azur à trois tours d'argent,2 et 1,cantonnées de six fleurs de lis d'or,3,2 et 1" (ci-dessus) ou "d'argent à trois tours de sable accompagnées de 6 fleurs de lis de même, 3 en chef , 2 en face et 1 en pointe" (ci-dessous).<br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/a/f/2/cd00d73c1bc48e2f6...7583096e-51d0a38.png/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/a/f/2/cd00d73c1bc48e2f6...7583096e-51d0a38.png" alt="" class="valign_" /></a></p><br /> <br /> <br /> <strong><em>Leur nom et leurs armes (leur blason) se trouvent représentés en la salle des croisades du château royal de Versailles.</em></strong><br /> <br /> <p style="text-align:center"><a href="http://img110.xooimage.com/views/9/9/8/gmedia187912-51d0a3d.jpg/"><img src="http://img110.xooimage.com/files/9/9/8/gmedia187912-51d0a3d.jpg" alt="" class="valign_" /></a></p> Thu, 19 Mar 2009 19:51:01 +0100 La famille des Lastours http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-3+la-famille-des-lastours.php http://www.chateau-de-lastours.fr/articles/articles-2-3+la-famille-des-lastours.php La famille des Lastours ou Las Tours ("Les Tours" en vieil occitan) est à l&#8217;origine de la première baronnie du Limousin selon certaines sources, ou de la seconde après celle de Limoges, selon d'autres .<br /> <br /> Nous vous proposons de les connaitre un peu plus, <em>alors...cliquez </em>!<br /> <br /> <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=4">-<span style="text-decoration: underline;">Leurs blasons</span></a><br /> <br /> <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=6">-<span style="text-decoration: underline;">Les premiers Lastours</span></a><br /> <br /> <a href="http://chateau-de-lastours.fr/articles/articles.php?cat=2&amp;id=14">-<span style="text-decoration: underline;">La famille des Lastours à travers le Moyen-age</span></a><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Documentation complémentaire:</span></strong><br /> <br /> "<em>Lastours, un château, une histoire</em>" Par Mr Jean Michel Ménard, en vente au château.<br /> "<em>Lastours en Limousin, de l'an mil à la Renaissance</em>" Par Christian Rémy, aux éditions Lémouzy.<br /> "<em>Généalogies limousines et marchoises tome VIII</em>" Par Jean Ruchaud, aux éditions Mémodoc. Tue, 17 Mar 2009 18:36:01 +0100