Image aléatoire
En ligne
22 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 22
 
Profil
Pseudo
Geoffroy de Lastours
Avatar
Statut
Membre
Groupes
Membre
Inscrit le
02/11/10
Nombre de message(s)
8
Afficher les messages du membre
Dernière connexion
22/08/19
Site web
 
Localisation
Dauphiné
Emploi
avocat
Loisirs
généalogiste
Sexe
Homme
Age
62 Ans
Biographie
1) Lignage Lastours:

Le hasard de la généalogie me fait descendre 4 fois de Gouffier de Lastours dit "Le Chevalier au lion", époux d'Agnès d'Aubusson et arrière-petit-fils de Guy 1er de Lastours dit "Le Noir" qui épousa Engelzie de Malemort.

Geoffroy de Lastours (1360-1440) époux d' Agnès de Montbrun, est mon 16ème aïeul.

Il fut grand-père de Marguerite de Lastours épouse Guillaume de Cosnac, seigneur de l'hôtel de Lastours.

2) Alliances des Lastours:

Les Lastours sont alliés à la plupart des lignages du Limousin et de la Marche, notamment:

Familles de Malemort, Pierre-Buffière, Chambon, Aubusson, Comborn, Aix, Born, Châteauneuf, Chavina, Campagne, Robert de Saint-Jal, Montbrun, Lascoux, Hélie de Colonges, Noailles, Cosnac.

3) Blason des Lastours:

"D'azur à trois tours d'argent" (on pourrait préciser "posées 2 et 1" ou "deux en chef et une en pointe").

La simplicité de ces armes en atteste l'ancienneté: Elles sont faites pour être facilement identifiées sur les champs de bataille.

Il s'agit également d'armes "parlantes" car illustrant directement le patronyme de la famille "Las Tours" ou "Les Tours". (et aussi peut être les trois châteaux de la seigneurie de Lastours; Lastours, Hautefort et Arnac-Pompadour, ou encore les trois "châteaux" ou anciennes mottes castrales de Lastours)

Ce blason fut surchargé au XIIIème siècle, preuve de l'allégeance des Lastours au roi de France, de "six fleurs de lys d'or posées 3, 2 et 1".

4) Fragments de la Chanson d'Antioche (chanson de geste en ancien français qui relate la prise d'Antioche en 1098 par les croisés, lors de la première croisade.)

« Eral de Polignac (Dieu ait pitié de son âme !) et Goufier de Las Tours chevauchent devant les nôtres à la distance d'un trait de flèche. Ils trouvèrent deux émirs au milieu du pré. Là où ils se rencontrèrent, ils joutèrent l'un contre l'autre sans s'adresser la parole et se frappèrent si violemment que trois moururent sur le coup. Grande fut la douleur pour la perte du baron Eral, le plus courtois et le plus preux qui fût jamais : il avait le bras gauche percé d'un coup de lance, et un coup de floche au sourcil. Il parla, fit son testament, reçut la communion et mourut. Goufier fut blessé sous son hoqueton, et les deux païens furent tués et jetés en enfer... »

« Nos Limousins et Auvergnats y sont. Tous s'avancèrent en désordre, mais c'était de bons chevaliers. Dans la foule des Turcs ils forment une masse serrée : on dirait des moines qui font procession. Chevaliers et gens de pied y frappent également ; les lances volent en éclats, les hauberts, les clavains, les gambaisons se déchirent. C'est une bataille comme on n'en vit pas depuis le temps du fort Samson qui tua le lion et fit crouler le palais, et emporta sans effort les portes d'Ascalon. En ce temps on était brave ; car ils conquirent Tabarie, le Temple Salomon, la Tour David, le Sépulcre et le reste. Nous, prions tous Dieu qu'ils obtiennent miséricorde au jour du jugement... »

5) Extrait d'un poème en limousin de Bertran de Born (v1140-v1215) seigneur d'Hautefort et troubadour époux d'une Lastours (mon 24ème aïeul).

« E platz mi quan vei per lo pratz,
Tendas e pabalhos fermatz ,
E ai grant alegratge ,
Quen vei per champanha renjatz
Chavaliers e chavaus armatz. »

« Il me plaît de voir sur les prés,
tentes et pavillons dressés,
Et j'ai grande allegresse,
quand vois, par campagne rangés,
Chevaliers et chevaux armés. »

Bertrand de Born (v1140-v1215) le « Seigneur-Troubadour », fut en même temps homme de poésie et homme de guerre, soudard et amoureux courtois, seigneur orgueilleux puis simple moine.

Il célèbra toute sa vie, qui fut tumultueuse, la guerre et l'amour.

« Mais sans mesure, il n’y a rien »

Il se retira vers 1195 à l'Abbaye de Dalon (Sainte-Trie) que Gouffier Le Grand avait contribué à fonder, et y finit sa vie.

Sa poésie, qui aborde des thèmes parfois très violents lorsqu'il chante la joie de la guerre, est à placer parmi les oeuvres majeures de la poésie occitane médiévale.

Il laissera 48 pièces dont 4 chansons, le reste constitué par des « sirventes » ou satires.
Dante le placera dans l'Enfer de sa Divine Comédie.

Bertran de Born dont la fille Aymeline épousera Séguin II de Lastours vers 1170, est également mon lointain aïeul.

SOURCES:

« Bertran de Born, Histoire et légende » (Editions Fanlac, 2009).

« L’amour et la guerre – L’œuvre de BERTRAN DE BORN édition critique, traduction et notes » par Gérard GOUIRAN Marseille 1895 thèse
_____________
Contact
Mail
 
Message(s) privé(s)
Message(s) privé(s)
MSN
 
Yahoo